Blogue-au-thon III

Madonna est la nouvelle Mariah Carey

Il y a longtemps que je n’ai pas écrit sur l’univers de la musique populaire, un univers que j’ai perdu de vue depuis que je ne fais plus de radio.
Tiens, ramenons-nous à l’époque où j’en faisais, et aussi pendant celle où je pensais être en mesure d’en faire à nouveau. Je me tenais à jour sur ce que faisaient jouer les radios où j’envoyais des CV et des démos. Chaque semaine, je regardais leur site internet pour savoir comment se classaient les chansons sur les palmarès francophone et anglophone, tout en jetant un coup d’œil sur la page des nouveautés musicales. Ensuite, j’allais sur mon site web secret réservé aux gens du milieu de la radio où je téléchargeais une bonne partie des chansons qui m’intéressaient. Et j’écoutais ces chansons aussi souvent que je le voulais, surtout en voiture, car j’en avais encore une et que je n’avais pas encore de cellulaire. Je gravais les chansons sur disque et je les écoutais. J’achetais beaucoup de musique aussi, ma collection de disques augmentait de façon exponentielle, malgré qu’un kleptomane que je considérais comme ami s’y servait comme dans un buffet chinois jusqu’à ce que je l’aie pris la main dans le sac.
Qu’importe, je n’ai pas envie de vous parler des vidanges de mon passé, mais de musique populaire. Toujours est-il qu’aujourd’hui, je réalise jusqu’à quel point je suis passé à autre chose dans ma vie. Je ne vais plus voir les sites internet de ces radios où j’avais espérance de m’y tailler un poste. Et quand je décide d’y aller et que j’y regarde les palmarès, je suis déconcerté d’y voir beaucoup d’artistes que je ne connais pas et très peu d’artistes que je connais.
C’est dans ce temps-là que je suis content de ne plus faire de radio. J’aurais très rapidement l’air d’un chien dans un jeu de quilles à présenter ces artistes que je ne connais pas. De toute façon, je me tannerais vite, réalisant que le meilleur service que je peux rendre à la radio est d’en rester éloigné, même si mon nom circule encore dans le milieu plus de cinq ans après avoir animé ma dernière émission.
Hé oui, j’ai eu la surprise de savoir que mon nom circulait encore dans l’industrie. Un contact dont je tairai le nom est venu me voir sur Facebook pour me dire qu’il avait parlé de moi à un directeur des programmes d’une station qui vient de se joindre à un réseau dont je tairai l’identité. J’ai trouvé le tout aussi surprenant que flatteur, mais étant occupé à d’autres projets plus pressants, j’ai vite décliné cette opportunité.
Que viennent faire Mariah Carey et Madonna là-dedans? J’y aboutissais justement, même si ça n’a fichtrement pas de rapport avec ce qui a précédé. Ou si peu.
Madonna a lancé un nouveau disque cette semaine, un nouveau disque où elle fera sans doute du réchauffé de ce qu’elle a fait sur d’autres albums auparavant, du réchauffé que tenteront d’imiter ses nombreuses prétendantes, celles qui aimeraient être la nouvelle Madonna.
Or, il n’y en aura jamais de nouvelle Madonna. Il n’y en a qu’une seule et personne d’autre qu’elle ne peut être Madonna. Lady Gaga ne l’a pas encore compris et essaie de se prendre pour elle sur chacun de ses disques, promettant à chaque occasion qu’elle fera une révolution musicale. Or, sur chacun de ses albums précédents, j’ai eu la même impression : un bon disque sans plus, rapidement oubliable, dont on se lasse vite et qui n’a rien d’historique.
C’est dommage, car elle a quand même du talent, Lady Gaga. Pianiste accomplie, chanteuse polyvalente à la voix d’or, elle a ce petit quelque chose qui lui permet d’être une artiste qui s’élève au-dessus de la mêlée.
Le problème avec elle, c’est que dans le grand zoo de la musique populaire, elle a plutôt l’air d’une guenon trop occupée à imiter les grimaces des autres vieux singes plutôt que de développer les siennes. Tandis que Madonna, guenon expérimentée, fait un peu comme Lady Gaga et imite les mêmes grimaces qu’elle faisait dans son jeune temps. Madonna a plafonné depuis une bonne dizaine d’années, si ce n’est pas plus. Elle radote même!
Qu’on le veuille ou non, elle est plus proche des 60 ans que des 50. Et même si elle est déjà plus en forme que bien du monde de son âge, le temps commence à la rattraper, un peu comme Gordie Howe au hockey et Phil Niekro au baseball, qui ont joué tous les deux dans leur sport respectif jusqu’à un âge où ils avaient comme coéquipier des gens assez jeunes pour être leurs enfants.
Et Mariah Carey dans tout ça? Dans ce zoo, elle fait office de gorille obèse qui ne bouge pas et dont on se paie la tête chaque fois qu’elle essaie de faire quelque chose. Elle n’a plus le charme de son jeune temps, ce qui lui a permis de coucher avec le boss de sa compagnie de disque, ce sans quoi elle n’aurait probablement jamais eu de carrière.
Madonna n’est pas plus la nouvelle Mariah Carey que Gordie Howe est le nouveau Sidney Crosby.
Ce n’est peut-être pas vrai tant que ça.
Ou si peu.
Ou si…
Ou…
O…

..
.
-30 —

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s