Uncategorized

Toute personnelle fin du monde

21 décembre 2012.  Minuit vient de passer et je devrais être déjà au lit.  Pourtant, je suis ici devant mon ordinateur.  J’attends la fin du monde, prêt à l’affronter comme un homme, à la regarder droit dans les yeux, juste pour lui dire d’aller se faire voir ailleurs.

Je regarde à l’extérieur.  Rien d’extraordinaire ne semble se passer dehors, même si on sait que la tempête de neige menace.  Ici à Montréal, on pense qu’il en tombera entre 15 et 20 centimètres, mais comme je sais que ça n’en prend que deux pour paralyser la ville au grand complet, je n’ai pas de belles choses qui me viennent à l’esprit, toutes ces voitures qui ne sont pas capables de monter les côtes, tous ces piétons qui se ramassent le cul à terre après avoir pilé sur une plaque de glace quelconque, tous ces gens qui sont en plein surplus d’adrénaline d’avant-Noël, prêt à renverser leur prochain pour être celui qui achètera le dernier item disponible dans une boutique dans le but de la donner en cadeau à quelqu’un qui tentera de l’échanger le 26 décembre parce qu’un autre lui a offert en cadeau.

Bref, c’est le chaos!

Mais nous sommes malgré tout vivants!!  Je suis vivant!!  Vous êtes vivants!!  La preuve, c’est que je suis en train d’écrire ce texte.  L’autre preuve, c’est que vous êtes en train de lire ce que ça donne.  Enfin, j’ose espérer.

J’écris par plaisir, mais surtout parce que ça m’aide à me faire sentir vivant.  Et chaque fois que quelqu’un réagit, j’en suis ravi même si c’est pour me planter.  Je préfère me faire descendre que de sombrer dans l’insignifiance.

Pour réagir, il ne faut pas avoir peur de sortir des sentiers battus.  La meilleure façon d’y parvenir c’est de faire quelque chose, de le travailler à un point où personne d’autre que nous ne peut le faire.  Je me force à faire du Jean Tremblay car je sais qu’il n’y a que moi qui peut en faire, pas même le meilleur imitateur.

Je le fais par l’écris, mais aussi je le fais par la voix.  J’ai passé quelques années de ma vie à faire de la radio, et cette expérience de vie m’a laissé à jamais une voix qui y sera toujours associée.

Je vous en parle en l’écrivant, mais avant d’aller au lit, j’aimerais quand même vous dire par écrit que vous pouvez écouter un soi-disant contenu radiophonique de mon cru.   C’est important pour moi de le faire, juste au cas où cette fin du monde se produirait, même si je sais très bien qu’elle ne se produira pas en ce jour.

À mon avis, la fin du monde, ça va être tellement gros, tellement violent quand ça va arriver.  Ça va être quelque chose de si gros, quelque chose qui ne ressemblera en rien à ce que nous avons connu jusqu’à maintenant, quelque chose que même personne ne pourra prévoir.  Quand ça va se produire, on ne pourra pas s’en sauver, même si on est Poil Dansmaraie.  On ne pourra rien faire d’autre que d’attendre avant de crever.

Mais on ne la verra pas de notre vivant.  Enfin, je ne pense pas.  Mais je sais que ça arrivera un jour…

Alors pendant que nous vivons dans un monde qui ressemble à quelque chose avec lequel nous sommes habitués, allez écouter la suite de ce texte en écoutant ce fameux podcast en cliquant drette icitte!!

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s