Élections Québec 2018

Une parade sans Legault

J’ai assisté de peine et de misère à la parade gaie dimanche à Montréal.

Si je dis que j’y ai assisté de peine et de misère, disons que ce n’est pas parce qu’on m’a tordu un bras pour y aller, mais plutôt que deux événements ont su me retarder sans que je ne manque rien de l’action.

Avant d’aller me placer sur le boulevard René-Lévesque face à la maison de Radio-Canada, je suis allé m’acheter un lit. Je suis rentré chez moi le temps d’une douche rapide et j’ai aussitôt pris l’autobus sur le boulevard Pie-Ix pour rejoindre la ligne verte à la station du même nom.

Le trajet jusqu’à la station Beaudry ne prend que six ou sept minutes, mais à ce moment précis, un individu avait décidé d’aller prendre une marche dans le tunnel de la ligne verte à la station Lionel-Groulx, provoquant d’abord un ralentissement de service sur l’ensemble de la ligne verte, puis une interruption du service entre les stations Angrignon et Berri-UQAM.

Mon métro a été immobilisé à la station Préfontaine pendant une dizaine de minutes avant qu’il ne puisse reprendre la route, mais rendu au métro Papineau, j’ai décidé de débarquer car le métro me donnait l’impression qu’il allait être immobilisé à cette station pendant encore de longues minutes.

Heureusement, j’étais presque à destination. Cette mésaventure m’a fait me souvenir d’une autre survenue quatre ans plus tôt, presque jour pour jour, où un malheureux avait attenté à ses jours en se jetant devant le métro dans lequel j’étais passager.

Je ne sais pas si les organisateurs de la parade gaie ont un truc, mais il me semble qu’il fait toujours soleil quand elle arrive. Comme chaque fois où j’y ai assisté, il a fait beau et c’était noir de monde.

Ce fut un défilé haut en couleurs, festif, rempli de musique électronique. Tout comme tous les autres auxquels j’ai assisté par le passé. C’est peut-être la seule chose que je reproche à ce défilé. On y retrouve presque toujours la même chose.

Parmi ces choses que l’on retrouve dans ce défilé, c’est l’amoncellement habituel de politiciens de presque tous les partis, laissant de côté toute partisannerie et paradant avec le sourire côte à côte.

Je n’ai malheureusement pas vu de politicien de près, sans doute car j’étais placé à la toute fin du défilé et que la très grande majorité d’entre eux n’ont pas fait toute la parade pour des raisons qui m’échappent.

Cependant, j’ai beaucoup entendu parler de l’absence de François Legault, chef de la Coalition Avenir Québec, et potentiellement futur premier ministre de la province, si les résultats des sondages des dernières semaines se confirment lors de l’élection du 1er octobre prochain.

En tant que gai, je n’ai pas perçu cette absence comme un manque de respect. J’ai vu parader des gens de la CAQ et cette seule présence était suffisante à mes yeux. Et je trouve la controverse qui en a découlé de superflue. Legault a plus a gagner en Outaouais et en Abitibi (où il a passé la journée de dimanche) qu’à Montréal, où les libéraux et Québec Solidaire vont s’arracher les sièges disponibles, ne laissant que des miettes aux autres.

Je préfère l’attitude de la CAQ à celle du Parti Conservateur du Canada, dont je n’ai pas remarqué la présence tout comme à chaque défilé auquel j’ai assisté. Ne leur en voulons pas trop, car ronger des balustres, ça demande de l’énergie. Surtout le dimanche!

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s