Blogue au thon

Champagne un jour, Champagne toujours!

J’étais installé dans un lavoir de la rue Masson à Montréal, profitant de l’internet sans fil pour regarder quelques opportunités professionnelles lorsque je me suis soudainement rappelé que c’était aujourd’hui, le 18 août 2014, que Louis Champagne faisait son grand retour à la radio, dans cette région où j’ai grandi.
Grâce à la magie d’internet, je me suis branché à cet instant précis à CKAJ-FM, cette même station où j’ai commencé à faire de la vraie radio, dans l’indifférence quasi générale, en janvier 2001. Les locaux de la station étaient à l’époque situés dans un pavillon du Cégep de Jonquière. Je me souviens encore de comment c’était, avec les lecteurs de cartouches, de disques compacts, de cassettes et de vinyles, avec les cassettes vidéos dans lesquelles étaient enregistrées la programmation nocturne de la station. J’y ai vécu de beaux souvenirs, à l’animation de l’émission Radi-Arts, qui en était à sa première mouture et qui est encore en ondes aujourd’hui, plus de treize ans après.
Aujourd’hui, la station a progressé de façon très intéressante, se démarquant très bien sur l’échiquier radiophonique saguenéen. Ses locaux sont sur le boulevard Harvey, dans un endroit bien en vue du centre-ville de Jonquière. Malgré des moyens modestes, CKAJ-FM offre à ses auditeurs une programmation bien ficelée qui touche très bien sa cible et qui fait de ses auditeurs des indéfectibles fidèles.
C’était peut-être le dernier endroit où Louis Champagne pouvait atterrir pour poursuivre et compléter une carrière impressionnante, et à l’entendre mener sa nouvelle émission de fin de journée, je sentais qu’il était heureux de reprendre du service après un silence radio trop long à son goût. Il était encore vif et alerte, et son plaisir d’animer était contagieux. Vrai que le temps qui passe et les poursuites judiciaires passées ont un peu ralenti ses ardeurs, mais il sait encore quand même comment épicer ses commentaires pour qu’on sache que c’est bien du Louis Champagne qu’on écoute, et non un animateur qui passe et qui passe sans laisser de trace – un peu comme l’auteur de ces lignes —.
J’ai grandi en écoutant Louis Champagne. Je me souviens de l’avoir écouté en 1980, faisant jouer du John Lennon le matin suivant sa mort tragique. Je me souviens de ses coups pendables avec Marc Cournoyer – et son inoubliable Garloune – au milieu des années 80. Je me souviens aussi de son départ vers CJMT, à Chicoutimi, en 1987, et son grand retour à CKRS cinq ans plus tard. Jusqu’en 2008 à cette antenne, il a fait vivre plein de choses à ses auditeurs. Qui ne se souvient pas de sa bataille épique contre le Cégep de Jonquière, qui l’avait poursuivi pour diffamation pour un montant de dix millions de dollars, en 1994?
Il avait un style mordant, un langage cru et des opinions claires qui ne plaisaient pas à tous. Il a donné envie à plusieurs de faire carrière en radio, et je suis l’un d’eux. Même si la suite des choses n’a pas été la même pour moi qu’elle l’a été pour Louis Champagne, j’étais content de l’entendre à nouveau aujourd’hui. Ça m’a fait reconnecter avec mon enfance, ma région et sa radio, qui avaient une couleur si particulière avant que Montréal ne l’uniformise en l’encadrant avec ses standards à elle.
Heureusement qu’il existe des médias locaux comme CKAJ pour que l’identité saguenéenne puisse s’exprimer librement sans que Montréal vienne la canaliser pour toutes sortes de raisons douteuses. Avec un animateur de la trempe de Louis Champagne, CKAJ honore son mandat d’une façon encore plus audacieuse qui ne pourra lui être que bénéfique, M. Champagne étant aussi fortement attaché à son milieu que la nouvelle station qui lui donne la chance de compléter une carrière amorcée il y a déjà presque cinquante ans.
Mais il a fallu que je quitte mon lavoir pour aller faire sécher mon linge sur la corde derrière mon appartement. Dès que mon ordinateur s’est fermé, je suis revenu à ma réalité montréalaise et à sa radio, kétaine, ennuyeuse et prévisible, que des marketeux cravatés imposent aux régions en se faisant croire que c’est ce que le monde aime entendre.
C’est dans ce temps-là que je suis fier et content du succès de CKAJ. Je souhaite à la station, son équipe et sa dernière recrue de continuer à être à sa façon et avec encore plus de succès un important vecteur de l’identité saguenéenne.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s