Uncategorized

Les mêmes airs bêtes

J’ai envie soudainement de vous parler d’amour, mais pas de n’importe quel amour. Je ne vous parlerai pas de cet amour que l’on trouve au hasard au fur et à mesure de nos rencontres dans la vie, je vous parle de cet amour plus souvent qu’autrement factice que de plus en plus de gens cherchent sur internet à travers toutes sortes de sites et/ou d’applications douteuses sur cellulaire.

Il faut dire que probablement par manque de confiance et d’appréciation envers moi-même, j’ai erré sur ces sites pendant longtemps, mais n’ayant aucunement l’apparence d’un Brad Pitt ou d’un membre de One Direction, je me suis souvent heurté à des murs d’indifférence et de refus de toutes sortes. Mais n’aimant pas trop sortir dans les bars, j’ai persisté à me tenir en ces endroits virtuels où j’ai fini, au fil des déceptions, par avoir l’impression qu’internet a dénaturé l’amour et tout ce qui peut y conduire.

Avant l’arrivée d’internet, les gens se faisaient la cour en personne en jouant au grand jeu de la séduction sans qu’aucun ordinateur ni réseau informatique ne serve d’intermédiaire. Avec l’avènement d’internet, les gens semblent chercher l’amour de la même façon que s’ils se cherchaient une paire de bobettes dans le catalogue Sears. On arrive là, on cherche selon certains critères (âge, sexe, apparence, etc) et on se ramasse devant un certain choix qui nous laisse plus souvent qu’autrement sur notre appétit.

À force d’être déçu, j’ai fini par trouver une manière de trouver le tout intéressant, une manière un peu tordue, à la fois crue, presque aux limites du scatologique. Intéressant dans le sens où cela nous révèle un côté sombre d’une partie de l’humanité qui laisse sa nature réelle se produire à nos yeux comme un véritable spectacle, une partie de l’humanité qui a peur d’assumer qui elle est, qui a tellement peur de le faire qu’elle ne montre pas son visage mais plutôt son pénis, ses fesses et/ou sa poitrine. Et quand un visage accompagne ce sinistre portrait génital, leur laideur clauderyanesque nous fait comprendre pourquoi certains de leur espèce préfèrent cacher leur face. Et ils ne manquent pas de culot à nous engueuler quand on leur dit qu’on refuse de leur parler. C’en est presque drôle, mais aussi désolant pour l’avenir de l’humanité.

Outre les parleurs génitaux, j’ai beaucoup de difficultés aussi avec deux catégories d’airs bête : les musclés et les cartes de mode. Des gens si fiers de leurs pectoraux, de leur musculation et/ou du linge qu’ils ont sur le dos qu’ils oublient que pour être aimable, avoir un corps de dieu grec et être bien vêtu n’est pas toujours nécessaire. Allez discuter avec l’un d’eux et si vous n’êtes pas dans leur caste, vous réaliserez assez vite le vide de tout ce qui sort de leur esprit, où tout n’est qu’apparence, musculation, épilation, exfoliation, Tommy Hilfiger, GAP, Mexx, Centre Rockland, etc. Un beau contenant, mais vraiment aucun contenu qui en vaut la peine, un peu comme une vulgaire rôtie tartinée de margarine servie dans une assiette argentée et le kit qui vient avec.

Les plus drôles – mais aussi les plus pathétiques de la gang – sont ceux qui pourraient être votre grand-père ou le curé de votre paroisse qui vous cruisent énergiquement et qui pensent que vous allez être assez naïfs pour leur dire oui, certains vous proposant même de l’argent pour que vous acceptiez leurs avances!! À vomir, encore plus quand ils sont dans la catégorie des génitaux parleurs!

Je pourrais passer des heures à vous raconter le fruit de tout ce temps que j’ai perdu dans cet antre virtuel de l’humanité, tout ça ne fera que vous confirmer qu’au-delà de ces apparences de belles et bonnes personnes que l’on voit sur les sites de rencontre, ceux-ci ne sont en réalité qu’un leurre pour vous attirer moyennant rétribution dans ce dépotoir sociétal. Et même là, je pense même qu’à certains endroits, on y retrouve des déchets que les poubelles elles-même ont mis au chemin…

J’ai regardé récemment le documentaire « Les animaux amoureux » et ce que j’y ai vu m’a fait comprendre bien des choses sur l’amour. Tout au long du film, on voit toutes sortes d’espèces d’animaux se faire la cour, se montrer sous leurs plus beaux atours, le faire en chantant, en dansant, même en se battant contre d’autres prétendants, tout ça pour séduire. Les animaux ont-ils besoin d’ordinateur et d’internet pour y parvenir? Poser la question c’est y répondre.

Internet, l’ordinateur et les cellulaires sont certes un progrès pour le genre humain, mais il ne faut pas oublier que nous sommes aussi des animaux, et que dans toute tentative d’être humain qui veut en séduire un autre, il y a un petit quelque chose d’animal dans le processus qui peut mener celui-ci à la réussite. Je ne dis pas qu’il faut rejeter les gadgets du revers de la main, je dis seulement qu’il vaut mieux ne pas leur accorder trop d’importance, au mieux ne sont-ils qu’un seul moyen comme un autre de rencontrer l’amour.

Je terminerai cette homélie en vous faisant une prédiction : le jour où l’amour se pointera enfin sur ma route, je serai en couple avec quelqu’un qui aurait été du genre à me revirer de bord sur un site de rencontres… Je gage que ma personnalité devra peser lourd dans la balance!!

 

 

Publicités

1 réflexion au sujet de “Les mêmes airs bêtes”

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s