Uncategorized

L’exploit inconnu de Tom Foley

Image

L’exploit méconnu de Tom Foley

 

Tom Foley a porté les couleurs des Expos de Montréal de 1986 à 1992 ainsi qu’en 1995, année où il a mis fin à sa carrière de treize saisons dans le baseball majeur. Outre les couleurs des Expos, Foley a porté les couleurs des Reds de Cincinnati (de 1983 à 1985), des Phillies de Philadelphie (en 1985 et 1986) ainsi que des Pirates de Pittsburgh (en 1993 et 1994).

 

Acquis des Phillies de Philadelphie le 24 juillet 1986 en retour du lanceur gaucher Dan Schatzeder, Foley a donc passé la grande majorité de sa carrière professionnelle à Montréal. Joueur d’avant-champ de formation, il a été le deuxième but principal de l’équipe en 1988 et 1989, entre le départ de Vance Law et l’arrivée de Delino DeShields. Il a même déjà été utilisé comme lanceur à une occasion : le 1er mai 1989, le temps d’accorder un circuit de deux points à son ancien coéquipier Jeff Reed une soirée où les Expos ont encaissé une magistrale dégelée de 19-6 au Stade Olympique contre les Reds de Cincinnati.

 

Outre cette brève et malheureuse perfomance au monticule, Tom Foley a accompli sur papier un exploit que bien peu de joueurs revendiquent : celui d’avoir disputé simultanément deux rencontres pour deux équipes différentes dans trois stades distincts situés sur les territoires de deux pays.

 

Le dimanche 13 juillet 1986, les Phillies de Philadelphie rendent visite aux Astros de Houston lors d’une rencontre en matinée à l’Astrodome de l’endroit. Tom Foley est inséré dans le match en 7ième manche et y demeure jusqu’à la toute fin de cette rencontre qui nécessita de la prolongation et qui se termina en 11ième manche pour se solder par une victoire des Phillies par la marque de 5-4.

 

Pendant ce temps au Stade Olympique de Montréal, les Expos reçoivent eux aussi en matinée la visite des Reds de Cincinnati. Tom Foley est inséré dans le match en début de sixième manche et y reste jusqu’à la toute fin de la rencontre qui s’est soldée par une victoire des Reds par la marque de 10-2.

 

Montréal et Houston n’étant pas deux villes situées à proximité l’une de l’autre, comment Tom Foley a-t-il pu réaliser l’exploit d’avoir été impliqué dans les rencontres simultanément? C’est pourtant bien simple…

 

À l’époque, le Stade Olympique n’avait pas de toit et il pleuvait à boire debout lors de ce fameux dimanche après-midi. Comme c’était la dernière rencontre à Montréal entre les deux équipes, ces dernières ont tout de même commencé le match malgré les intempéries. C’était 3-2 pour les Reds en début de sixième manche lorsque l’état du terrain du Stade Olympique est devenu si précaire que les arbitres ont préféré interrompre la rencontre au moment où Cincinnati menaçait avec les sentiers occupés.

 

Si l’équipe locale – les Expos – avait été en avance, celle-ci aurait été déclarée gagnante de cette rencontre écourtée et celle-ci n’aurait pas eu besoin d’être poursuivie puisque le minimum de cinq manches pour qu’un match soit déclaré officiel avait été disputé à ce moment-ci. Mais comme c’était plutôt l’équipe visiteuse qui était en avance, il fallait compléter la demi-manche de l’équipe visiteuse et ensuite donner un dernier tour au bâton à l’équipe locale pour compléter la rencontre afin qu’elle puisse avoir la chance de créer l’égalité ou de l’emporter. Si le score avait été égal après ces cinq ou six manches, la rencontre aurait pu être déclarée nulle, chose que l’on voit très rarement au baseball.

 

Il fallait donc que la rencontre se poursuive. Si les Reds avaient eu un autre séjour à faire à Montréal au cours de cette saison, c’est lors de cette venue que le match aurait été complété. Mais comme le match en question était le dernier entre les deux équipes à Montréal cette saison, il fut donc décidé que le reste de cette rencontre allait être joué à Cincinnati onze jours plus tard, alors que les deux équipes avaient déjà rendez-vous pour la dernière série de la saison entre les deux équipes.

 

Le 24 juillet 1986, les Expos et les Reds complété au Riverfront Stadium de Cincinnati la rencontre entreprise onze jours plus tôt à 1350 kilomètres de là, au Stade Olympique de Montréal. Ils ont terminé ce match avant de jouer celui qui était déjà prévu à l’horaire ce jour-là entre les deux équipes.

 

Quelques heures avant ce programme double inusité, les Expos ont annoncé qu’ils avaient effectué un échange avec les Phillies de Philadelphie qui leur avait permis d’acquérir le joueur d’avant-champ Tom Foley, et que celui-ci allait être en uniforme lors des deux rencontres disputées cette journée-là.

 

La première apparition de Tom Foley dans le magnifique uniforme bleu poudre montréalais s’est donc faite le 24 juillet 1986 dans le reste de la rencontre du 13 juillet 1986. Inséré dans la rencontre au moment où celle-ci a repris après une longue interruption, Foley frappa deux simples pour sa nouvelle équipe dans une cause perdante, puisque les Reds ont agrandi leur avance, l’emportant finalement par la marque de 10-2 sur les Expos, qui vainquirent par la suite les Reds lors de la vraie rencontre prévue ce jour-là par la marque de 6-5 au bout d’un long marathon de 14 manches.

 

C’est ainsi que par ce drôle concours de circonstances Tom Foley a donc disputé simultanément deux matches pour deux équipes dans trois stades différents sur les territoires de deux pays distincts le 13 juillet 1986. Et il n’a même pas eu besoin de Raël pour y parvenir!!

 

Cet exploit ressemble un peu à celui d’un autre porte-couleurs des Expos, Joel Youngblood, le 4 août 1982. Ce joueur est le seul de l’histoire du baseball majeur à avoir frappé un coup sur le même jour pour deux équipes différentes.

 

Il a commencé la journée dans l’uniforme des Mets de New York qui affrontent les Cubs à Chicago cet après-midi-là. Youngblood débute le match au champ centre et connaît un bon match, frappant un simple de deux points en début de troisième manche. Retiré du match en début de quatrième manche, on l’informe qu’il est échangé aux Expos contre des considérations futures – ce sera le lanceur Tom Gorman que les Expos enverront aux Mets quelques jours plus tard – et qu’il doit prendre l’avion pour rejoindre sa nouvelle équipe qui joue ce soir-là à Philadelphie.

 

À peine arrivé au Veterans Stadium, Youngblood enfile son nouvel uniforme et aussitôt le gérant Jim Fanning l’envoie dans la mêlée à titre de voltigeur de droite en remplacement de Jerry White. À sa première apparition au bâton dans l’uniforme des Expos, Youngblood frappe un simple à l’avant-champ, réalisant cet exploit unique en son genre.

 

Ce fut le seul fait marquant du bref séjour de Joel Youngblood avec les Expos, qui l’ont libéré à la fin de la saison. Youngblood peut cependant être très fier de son exploit, car il a frappé ses deux coups sûrs contre deux lanceurs membres du Temple de la Renommée : Ferguson Jenkins et Steve Carlton.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s